La Vision, puissante raison d’être



Connaissez-vous l’allégorie des tailleurs de pierre ? Une histoire que je conte régulièrement à mes clients pour illustrer la puissance d’une vision quand elle est partagée. Elle permet de donner du sens et de relier son activité à quelque chose de plus grand que soi. Certaines visions sont si grandes, si nobles voir si porteuses qu’elles nous permettent de nous dépasser et d’aller bien au-delà de ce que nous pensions réalisable jusque-là.


Quand elle est partagée, notre vision a un effet catalytique qui met en mouvement notre entourage ainsi que soi-même. Une vision porte naturellement en elle une cause qui nous est chère, elle-même sous-tendue par un ensemble de valeurs et de croyances qui résonnent avec celles et ceux qui les partagent.


Voici cette histoire des trois tailleurs de pierres :


C’est l’histoire d’un homme qui rencontre trois tailleurs de pierre.


Au premier qui travaille mécaniquement sa pierre avec un air sombre et fatigué, il demande ce qu’il est en train de faire ; ce dernier lui répond d’un air désintéressé qu’il taille une pierre.


Quand il pose la même question au second qui effectue le même travail, mais de façon un peu moins mécanique, ce dernier explique qu’il taille cette pierre qui va devenir une statue qui viendra décorer un bâtiment.


Alors qu’il continue son chemin il s’approche du troisième tailleur de pierre. Celui-ci lui semble heureux, voire radieux. Nulle trace de fatigue ne se lit sur son visage alors qu’il taille une pierre avec exactement les mêmes outils et la même technique que les deux autres. Quand notre homme lui demande ce qu’il est en train de faire, l’homme lui répond avec un large et lumineux sourire : « Je suis en train de construire une cathédrale ».


Le premier est triste parce qu’il se focalise sur sa tâche de manière mécanique sans en percevoir la finalité. Il n’est manifestement pas relié au sens de son action, ni conscient de ce à quoi il contribue. Son rôle, de simple exécutant, se limite à réaliser ce qui lui a été demandé. Ni ses besoins personnels, ni ses valeurs, ni ses rêves ne sont nourris par sa tâche.


Le second est un peu moins triste car il a un début de vision d’ensemble …


Seul le troisième est heureux car il est motivé, engagé dans une tâche qui élève son âme ; il est fier de son travail et a le sentiment de participer à une œuvre qui le transcende. Du coup, il dégage une énergie et une lumière que les deux premiers n’ont pas. L’expression « mettre du cœur à l’ouvrage » prend tout son sens ici.


Cette allégorie montre l’importance de donner du sens à son travail qui peut rendre heureux, même s’il est difficile et fatiguant.



Nous retrouvons ce même principe dans les propos de Simon Sinek. Toujours commencer par le pourquoi (son fameux WHY), la finalité, la vision qui nous anime ! Son livre à succès « Always Start with WHY ! » met en avant l’importance de valoriser le pourquoi / le WHY (construire une cathédrale) et non pas le quoi / le WHAT (tailler des pierres).




Quand un patron (ou un manager) donne à ses collaborateurs la sensation d’être non seulement des tailleurs de pierre mais aussi et surtout de construire une cathédrale, alors il ne se limite pas à son rôle d’employeur. Il conduit ses équipes sur la voie du succès en leur donnant une mission qui fait sens pour eux et donc les enrichit.


Christophe Ferrari

Révélateur de talents

www.christophe-ferrari.com




Photo by Mathew Schwartz on Unsplash