Roi ou ombre du roi ? - Les archétypes d'une masculinité saine au service du bien commun

Ou comment démasquer le tyran habilement déguisé sous les atours d’un roi de pacotille



Quand en 2013 j’ai réalisé l’Aventure Initiatique des Nouveau Guerrier (AING) du MKP (https://mankindproject.org), j’y ai découvert toute la puissance des archétypes masculins. Un concept qui m’était jusqu’alors largement inconnu et qui m’a apporté des clefs utiles insoupçonnées. Celles qui permettent de décoder les jeux psychologiques dans les différents domaines personnels, professionnels et politiques.


Le travail de reconnexion à une masculinité saine que propose le MKP s’appuie (entre autres) sur les 4 archétypes masculins que sont le Roi, le Guerrier, le Magicien et l’Amant. Ainsi que leurs pendants, remplis de toute la noirceur de leurs ombres, que sont respectivement le Tyran, le Barbare, le Manipulateur et la Victime. Un travail de déconstruction des fausses identités afin de créer l’indispensable espace nécessaire à l’émergence du vrai Soi.


Pourquoi ce travail est selon ma propre expérience personnelle ainsi qu’en tant que coach important ? Pour la simple raison que nous hébergeons toutes et tous des ombres dont nous ne sommes pas conscients. Permettez-moi d’insister sur ce dernier point tant le réflexe automatique de l’ego de refuser ses parts propres part d’ombres est puissant. Qu’elles soient issues de notre propre vécu, de celui de notre lignée familiale ou bien le fruit de l’histoire collective, peu importe. Nos ombres ont toujours cette même incroyable faculté de se jouer de nous en nous manipulant. Le déni faisant partie des réactions habituelles dont j’ai moi-même fait l’expérience dans un premier temps.


Tant qu’elles restent tapies dans les tréfonds de notre subconscient, que nous ne les avons pas mises en lumière et que nous n’en avons pas pris consciences, nos ombres dictent leurs lois. Elles régentent tout y compris notre façon de penser et d’agir et nous manipulent tel des marionnettes en réaction à différentes peurs refoulées au plus profond de nous.



En ces temps particulièrement chaotiques que nous vivons depuis plus d’un an, ces archétypes me sont revenus à l’esprit. Ils me sont apparus comme des clefs pertinentes de compréhension universelle (et intemporelle) pour décoder nos comportements et ainsi mieux percevoir l’énergie qui les motivent. En gros est-ce la part lumineuse qui s’exprime en moi ou bien la partie sombre remplie d’une souffrance refoulée dans les tréfonds de ma psyché, cette part incomplète en manque d’amour qui réagit ? Parmi les 4 archétypes masculins cités plus haut, c’est le binôme Roi vs Tyran qui m’interpelle le plus et sur lequel je souhaite offrir mon éclairage.


Ce double visage des archétypes avec l’un qui rayonne sa lumière et l’autre qui dégage sa noirceur me passionne. Il nous plonge à vitesse grand V au cœur de la dynamique de la dualité, du bien et du mal, de l’expérience terrestre. Celle qui sous des apparences parfois qualifiées de dure, d’injuste voire d’incompréhensible, est en réalité une merveilleuse mise en scène qui nous permet de prendre conscience de nos ombres. En effet, quoi de mieux que d’apprendre au travers de ses propres expériences ?



Cet intérêt personnel fait peut-être écho avec mon propre cheminement personnel à la reconquête d’une saine masculinité en moi. Un travail entrepris en 2009 suite à un burn-out et qui m’a poussé à visiter par différentes techniques ces ombres qui se jouaient de moi. Des ombres qui m’ont collé aux talons pendant si longtemps et qui se dévoilent au fur et à mesure d’un travail qui m’a demandé courage, foi, persévérance ainsi qu’une bonne dose d’acceptation. Oui, réaliser que ce que nous avons cru « normal » jusqu’à présent n’est en réalité qu’un filtre projeté sur le monde par notre ego est parfois bouleversant !


Remettre en cause les certitudes qui nous ont accompagnées, certaines depuis toujours ? Ça notre ego il ne l’aime pas du tout ! Admettre qu’il s’est trompé de manière récurrente sonne le glas de la fin des illusions qui ont justifié son existence. Les remettre en question signifie, pour lui, qu’il est voué à disparaitre. C’est une illusion, nous sommes d’accord ! Mais c’est bien ainsi que l’ego vis ces expériences de croissance et d’éveil de conscience. Mourir est de loin la dernière chose qu’il désire ! Alors il s’y oppose de toutes ses forces afin de maintenir un statu quo, tel un roi de pacotille qui s’accroche à ses attributs.


Ce développement sur la posture interne du tyran me rappel cette phrase qui était prononcée lors de la proclamation d’un nouveau roi de France : « Le roi est mort, vive le roi ! ». A la lumière des archétypes je me demande si elle ne gagnerait pas à être remplacée par « Le tyran est mort, vive le roi ! ».



Depuis mars 2020 et le grand chaos mondial que nous savons, mon reflex de coach et de thérapeute a été de soumettre les décisions et les comportements des grands de ce monde au prisme archétypale du Roi et du Tyran pour tenter d’y voir plus clair. Cela m’a permis de prendre du recul sur différentes décisions majeurs. En particulier au sujet de celles de prime à bord positives (sur le long terme) mais aux conséquences négatives sur la population (sur le court terme). Certaines étant présentées comme « Un mal pour un bien » à juste titre.


Afin de sortir des clivants il me semble pertinent de se demander quel archétype est en œuvre. Est-ce bien l’archétype du Roi qui a pris ces décisions pour le bien commun de son royaume et de ses sujets, ou bien l’énergie de l’ombre, celle du tyran caché sous les atours d’un roi qui a œuvré pour d’autres intérêts au service d’un agenda personnel caché ? J’invite chacun·e à prendre un temps non pas de réflexion, mais un temps pour sentir au fond de son cœur et de son être quelle est l’énergie en présence.



Le décodage des décisions prises par les personnes porteuses du pouvoir au travers du prisme des archétypes Roi vs Tyran s’avère être également fort utile dans le contexte de l’entreprise et plus particulièrement à l’endroit où sont prises les décisions importantes. Celles qui n’impactent pas que celui qui la prend, mais toute son équipe, tout son département, toute son entreprise, tous ses clients, voir l’humanité dans sa globalité.


C’est nourri l’espoir de voir émerger encore plus de conscience dans ces lieux de pouvoir, que j’invite celles et ceux qui ont l’immense responsabilité de prendre des décisions aux conséquences significatives pour leur royaume, à réaliser une forme d’auto-analyse au sujet de ce qui les animent au plus profond d’eux même.


· De quelle partie cette décision émerge-t-elle ?

· Est-ce de la part lumineuse où bien de la part sombre ?

· Est-ce l’énergie du Roi qui guide et qui protège qui est mise au service du bien commun ?

· Ou bien l’énergie du Tyran qui désire imposer aux autres et jouir à des fins personnelles du pouvoir qui lui a été conféré ?


Déposer ses idéologies et ses propres cartes mentales est à mes yeux une étape constructive importante mais parfois au combien difficile à réaliser. Malgré toute notre bonne volonté, notre bonne foi et notre envie de progresser il est parfois plus ardu qu’il n’y paraît de déceler par soi-même ses propres ombres. Pris dans les mailles serrées du filet auto protecteur de l’ego, il est souvent plus facile de voir la paille dans l’œil de l’autre que la poutre dans le sien. Alors si ces réflexions vous interpellent, que vous désirez y voir plus clair, vous affranchir d’une ombre qui commence à émerger à votre conscience, alors je me ferais un plaisir de vous y aider.


“Leaders of the future should be obliged to embark on their own journey of personal development to earn the title leader, in my opinion. We live in a world that seeks, even expects, instant gratification, but leadership qualities come neither quickly nor cheaply.”

– Sir John Whitmore (“Coaching for performance” Fourth Edition – Chapter 22 “The Qualities of Leadership” – page 186)


Christophe Ferrari

Révélateur de talents (humains)

www.christophe-ferrari.com


Photo by Matthew Fassnacht on Unsplash